L’expatriation : ce qu’il faut savoir en 2022

expatriation - avion

L’expatriation, une expérience internationale et le défi d’un nouveau pays

En 2021, la France comptabilisait 3,5 millions d’expatriés à l’étranger. En Europe, c’est la Belgique et l’Espagne qui arrivent en tête pour les destinations les plus prisées. Hors Europe, les Etats-Unis et le Canada accueillent les plus grandes communautés de français expatriés.

Les possibilités d’emploi sont souvent plus élevées dans les pays choisis mais ce taux peut varier selon le niveau d’étude, le domaine recherché ou encore la situation économique du pays. Si autant de personnes ont pris la décision de partir, c’est que les avantages sont réels, mais il ne faut pas oublier de prendre en compte les risques.

Les avantages de l’expatriation

Partir travailler à l’étranger est une réelle opportunité professionnelle qui permet de vivre différemment et découvrir une autre culture le temps de quelques années. C’est également le moyen d’enrichir son CV, d’acquérir de nouvelles compétences techniques et humaines et de faire évoluer sa carrière.

Une proposition d’expatriation est souvent synonyme d’une hausse de responsabilités, et donc d’une meilleure rémunération. Vous pouvez alors considérer l’offre qui vous a été faite par votre employeur comme une sorte de promotion. Vous aurez ainsi l’occasion de développer des qualités d’autonomie, d’adaptation et de prise de risque qui sont particulièrement appréciées sur le marché de l’emploi. De plus, de nombreux avantages peuvent être négociés comme la prime de mobilité, d’installation, aide à la scolarisation des enfants…

Un autre cas peut aussi s’offrir à vous, si vous partez travailler dans une entreprise différente de la vôtre. Le métier reste le même mais le cadre diffère. Vous pourrez bénéficier d’un nouveau départ et envisager des possibilités d’évolutions, à court ou long-terme, directement sur place.

L’apprentissage d’une langue étrangère est un autre avantage indéniable de l’expatriation. Un tel séjour apporte une ouverture d’esprit associée à des compétences linguistiques accrues et une curiosité décuplée. Les échanges réguliers avec les résidents, les autres employés de la filiale ou les commerçants vous aideront dans votre progression rapide. Les enfants en particuliers n’auront aucun mal à devenir bilingue si placés dans une école qui parle la langue.

Enfin, tenter l’expérience vous permettra de faire des rencontres, d’entretenir des relations enrichissantes et de voyager plus facilement dans les régions à proximité.  

Les pièges à éviter

Pensez à bien lire le contrat d’expatriation (même les petites mentions paraissant insignifiantes !) afin d’éviter toute mauvaise surprise. Un conflit peut apparaitre entre la vision de votre rôle par la filiale à l’étranger et celle du siège. Vérifiez vos ressources sur place et renseignez-vous sur vos futurs responsables. Il en va de même sur vos missions confiées qui pourront différer dans le nouveau pays et ne correspondront pas forcément exactement à ce qu’il vous a été promis en amont.  

La famille du salarié aussi doit pouvoir s’intégrer à son nouvel environnement. L’expatriation n’est la plupart du temps pas un processus individuel. Il n’est pas rare d’assister à des retours prématurés lorsque les proches partis en même temps n’ont pas réussi à s’adapter à ce nouveau mode de vie. Pour ne pas se retrouver confronter à une telle situation, il est préférable de ne pas avoir d’attentes ou de visions embellies, voire idylliques, du pays d’accueil. Chaque région du monde regorge de merveilles mais attention à ne pas idéaliser votre vie là-bas. Vous ne partez pas pour vivre en tant que touriste mais bel et bien pour vous adapter à la vie traditionnelle comme un local le ferait.  

Le départ peut être difficile, mais tout comme le retour ! Vous devrez réapprendre à vivre dans votre pays d’origine et vous réintégrer au sein de votre entreprise. C’est pourquoi il est important de ne pas négliger son contact avec ceux restés à domicile ainsi qu’avec ses proches.

La note de la fin

Et vous, ça vous tente l’expatriation ? Vous avez l’ambition de tenter une nouvelle expérience et vous ne redouter pas le changement ? Chez IseeOp, on propose des opportunités pour devenir opticien d’ordonnance au Canada. Deux conditions nécessaires : ne pas avoir peur du grand froid et être fan de Céline Dion !

 N’hésitez pas à aller jeter un œil à nos offres d’emploi 😊

Sources : journaldunet.com ; expat-assurance.com ; ccifranceinternational.org ; vie-publique.fr
Crédits photo : VistaCreate

LinkedIn
Twitter
Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page