Les 5 idées reçues sur les annonces de recrutement

annonce recrutement

Les fausses bonnes idées sont nombreuses lorsque que l’on parle de la rédaction d’une annonce pour un emploi. Celle-ci doit pouvoir donner envie de postuler à l’offre et de rejoindre l’entreprise sans pour autant tomber dans le ridicule ou le too much.

On a l’habitude d’annonces codifiées et se ressemblant les unes aux autres, alors pourquoi suivre les consignes imaginaires que le monde de l’emploi nous a fixées ?

1 – L’annonce doit être courte

Vous avez beaucoup de choses à dire sur le poste offert et une belle plume ? Alors lancez-vous et n’hésitez pas à écrire un beau texte avec tous les éléments significatifs. Cette idée d’une annonce courte repose dans le fait que l’on préfèrera lire les 576 pages de l’Assommoir par Zola, que la demi-page d’annonce si mal écrite que le candidat ne s’arrêtera même pas dessus. Autrement dit, il y a un manque de confiance terrible dans le fait que la personne en charge de la rédaction fera du bon travail. Ne doutez pas de vous et tentez de vous différencier avec votre annonce qui sortira des codes basiques dans lesquels on veut l’enfermer.

Bien sûr, si vous écrivez votre annonce sur des plateformes limitant le nombre de caractères à utiliser, vous risquez d’être obligé de contenir votre engouement. Attention pour autant à ne pas confondre longueur et concision. Un texte peut être court sans aller droit au but !

2 – L’annonce doit être drôle

Désolé de vous l’apprendre mais vous n’êtes pas Jonathan Cohen ou Florence Foresti. La bonne nouvelle c’est qu’au moins personne n’a d’attentes concernant le contenu humoristique de votre écriture. On ne vous attendra pas au tournant si vous ne déclenchez pas un fou rire à chaque fin de phrase.

Il ne faut pas oublier qu’il y a une différence entre un contenu qui donne envie de postuler et un contenu qui plait parce qu’il est drôle. Oui, une annonce peut vous faire sourire sans que pour autant vous y apportiez votre candidature. Il ne faut pas confondre le « fun » avec l’efficacité d’un écrit qui attirera les bonnes personnes.

Certaines entreprises ont par ailleurs déjà une réputation ou une culture plus tournée vers le casual et l’humour que d’autres. Vouloir à tout prix inclure des blagues ou autres facéties dans ses annonces reviendraient à singer bêtement une culture intra-entreprise qui ne s’identifie pas totalement à la vôtre.

3 – L’annonce doit s’adresser à une cible en particulier

Tout le monde valorisera une annonce bien rédigée à une annonce bouillie où tout se mélange. Peu importe l’âge, le sexe ou le milieu professionnel, certains usages ne diffèreront jamais.

Chercher à être cool c’est synonyme de courir au désastre dans les trois-quarts des cas. Lorsque qu’une entreprise modifie ses annonces pour attirer les jeunes c’est qu’elle pense que son identité est poussiéreuse. Alors au lieu de changer les annonces, pourquoi ne pas commencer par redonner une un coup de neuf et une réputation élogieuse à la société ? De cette façon, les candidats viendront à vous sans que vous cherchiez à les attirer dans vos filets à l’aide de techniques douteuses.

S’adresser aux jeunes en « langage jeune » peut également paraitre condescendant dans le sens où les nouveaux arrivants ne seraient pas à même de comprendre un texte rédigé dans la langue de l’académie française.

Cependant, ce que l’on va chercher à adopter ne va pas être le niveau de langue, mais une réponse précise à une problématique de la cible que l’on cherche à attirer. Par exemple, mettre en avant la flexibilité des horaires ou l’absence de pression omniprésente des chiffres.

4 – L’annonce n’a pas à vendre une marque déjà connue

Les marques qui dépensent le plus en publicité sont des enseignes bien connus des français. On retrouve sur le podium Coca-Cola, Disney ou Apple. Autant de multinationales qui sont connues du grand public pour leurs produits mais non pour le côté du recrutement. Oui je possède un IPhone, mais ai-je envie de travailler pour la pomme croquée ?

Ce n’est donc pas parce que l’entreprise est extrêmement développée que l’annonce ne doit pas mettre en avant les valeurs et points forts de la marque employeur. Négliger une telle étape reviendrait à mépriser la discipline ainsi que les potentiels candidats en leur faisant comprendre que pour se renseigner ils peuvent aller voir ailleurs et revenir par la suite.

En revanche, la notoriété commerciale d’une marque n’attirera pas forcément les bons candidats pour les postes proposés.

5 – L’annonce doit être écrite et simple à comprendre

Pourquoi faire simple lorsque l’on peut faire compliqué ? Si vous recherchez une personne avec des capacités spéciales ou une compétence particulière, rien ne vous empêche d’établir un premier contact suite à un test. Rédigez et mettez en ligne par exemple une annonce truffée de fautes d’orthographes et demandez à ce que le candidat repère les erreurs afin de postuler à un poste d’éditeur. Faites scanner un QR code, remplir un test de personnalité ou répondre à un sondage ; tout est bon pour créer de l’interaction et proposer une méthode ludique.

Le call to action démotivera ceux qui ne souhaitent pas réellement obtenir le job et boostera les candidats sérieux qui n’auront qu’une envie : démontrer leurs compétences.

D’autre part, une annonce ne doit pas forcément être présentée sous la forme d’un texte écrit. D’autres formats comme les photos, vidéos ou gifs peuvent être de très bons moyens de communiquer pour une offre d’emploi.

Sources : l’ecoledurecrutement.fr ; helloworkplace.fr
Crédits photos : VistaCreate

LinkedIn
Twitter
Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page