Comprendre le syndrome du scarabée dans le recrutement

syndrome-scarabée

D’où cela vient ?

À l’origine, cette expression provient d’une étude sur les espèces de coléoptères. Après de longues observations, les scientifiques ont pu constater que les scarabées mangent les œufs de leurs congénères. Ils en profitent donc pour supprimer la descendance pour faire disparaître les autres coléoptères. On peut donc en conclure que l’espèce qui a le plus de chance de survie est celle qui favorise ses semblables au détriment des autres.

Comment l’interpréter ?

Le syndrome du scarabée désigne un biais cognitif particulièrement fréquent dans le monde de l’entreprise. En effet deux économistes ont découvert que les coléoptères ne sont pas les seuls à adopter ses pratiques. Georges Akerlof et Pascal Michaillat font un parallèle sur le monde professionnel : Les hommes ont tendance à favoriser “les leurs” au détriment des autres. 

En entreprise cela peut donc avoir des impacts entre collaborateurs. Selon les scientifiques, les supérieurs et managers vont favoriser les collaborateurs qui ont un profil proche du leur. 

Parmi les principales victimes de cette théorie, se trouve être, les femmes, les seniors, les jeunes défavorisés ou sans expérience. Cela s’explique par la grande majorité d’homme placé comme dirigeant des entreprises, qui donne ainsi des privilèges à leurs semblables. (Idées, valeurs, milieu social, écoles, sexe, âge…) 

recrutement

Quels sont les impacts et solutions ?

Ce « tri » aura un impact pour l’entreprise car la diversité des profils diminuera pour finir par tous se ressembler. On pourrait croire que cela apporte une harmonie mais sur le long terme, ses critères de sélection vont ralentir l’entreprise.  

En effet, à toujours vouloir avoir les mêmes profils, il en découlera moins de nouvelles idées, peu d’esprit contradictoire, moins de créativité et un manque de remise en question. 

Le résultat aura un impact direct sur la productivité, la motivation et l’innovation. 

Il existe pourtant des solutions pour pallier à ce problème. 

  • Former et prendre conscience 

Le syndrome du scarabée est un biais cognitif inconscient, on ne s’en rend donc pas toujours compte. Il faut donc faire un travail d’introspection et réfléchir à la stratégie managériale. Pour cela on peut se poser différentes questions : quels types de profils avez-vous dans votre équipe ? Quelles compétences privilégiez-vous ?

Il existe des formations à la non-discrimination pour instruire sur l’existence de compétences dans chaque profil et se détacher des a priori. Le comité de l’entreprise doit donner également l’exemple en représentant la diversité de votre équipe. 

 

  • Prendre des décisions collaboratives. 

Ainsi les avis pourront se confronter pour en ressortir le meilleur de chacun. Dans le cadre d’un recrutement il sera donc bénéfique de prendre la décision à plusieurs pour avoir le point de vue de chacun et avoir des critères variés. Plus les profils seront différents et plus les avis seront constructifs ! 

 

  • Dresser un bilan et se confronter aux oppositions. 

Il est important d’évaluer régulièrement les statistiques de votre entreprise pour garder l’équilibre de la répartition mis en place. Organiser également régulièrement des débats entre vos collaborateurs pour avoir des avis divergents et évoluer en continu

LinkedIn
Twitter
Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut